Total feeling Crew : vers le championnat du monde de Breakdance

Share on Facebook1Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Tumblr0

totalcrew
Le succès n’a pas de limite et c’est non loin d’ici, chez nos voisins de la ville du Bourget que nous avons rencontré, TFC, un groupe de 8 B-boy plein de talents et d’originalité. A la veille de leur participation au BOTY Battle Of The Year en Allemagne, le championnat du monde de Break Dance, nous leur avons demandé de nous livrer leurs « feeling » du moment.

Tout est dans le feeling
Grâce au break dance ils voyagent à travers le monde, sillonnent toute l’Europe, mais c’est tout près de chez nous, au gymnase Maurice Houyoux, du Bourget, que
s’entrainent le groupe de danseurs formé en 2001. Fort de 10 personnalités bien
distinctes mais totalement complémentaires et c’est avec humour que Jean-Baptiste a.k.a John Smith, l’un des membres du groupe Total Feeling décrit ses partenaires. « Il y a GARY : Historiquement c’est le
visage du groupe, c’est avec lui que TFC  commencé. Puis il y a YUNG : Celui « qui
danse comme l’eau ». [rires] Il se distingue par ses mouvements très fluides. BRUCE : C’est le matheux du break dance, il aime
que tout soit carré et que les décomptes soient parfait. WOODY : Lui, c’est le rythme du groupe et il a un bon jeu de jambes quand il danse debout. TONIO : C’est un vrai flux d’énergie à lui tout seul. MALKOM : Le caméléon ! Il sait tout faire ! Il passe du Break à la House très facilement. TAN : Notre apprenti, c’est le plus jeune, il est consciencieux et a soif d’apprendre. SISAVAN : C’est un peu le tonton, le doyen du groupe et GILLES : C’est notre gardien. »
Si 10 danseurs peut sembler être un faible effectif pour un crew, ces derniers nous expliquent que cela n’en fait pas une faiblesse pour autant, mais plutôt une force. « Certains crew peuvent atteindre 20 danseurs, mais à 10 il y a une plus forte cohésion de groupe, on se connaît par coeur et c’est un atout pour cette discipline ou la clé est l’impro. C’est ce qui nous permet de surprendre nos adversaires ».

Un défi à relever
En parlant d’adversaires, ils sont de taille, dans des compétitions comme le Battle Of The Year, le championnat du monde de break dance. Evènement phare de la discipline chaque année, cette compétition accueil une quinzaine de groupes en provenance du monde entier. Un challenge qui a de quoi faire monter la pression malgré les années d’expériences. « Ce n’est pas la première fois que nous y participons. Nous avons fait les qualifications françaises en 2009, en revanche, c’est la première fois que nous arrivons à l’étape mondiale. » Nous confie le groupe « Là, c’est complètement diffèrent, ce show est vu chaque année par des centaine de millier de personnes sur place et rediffusé en live streaming. L’évènement est également sponsorisé par beaucoup de marques comme Red Bull, New Yorker, etc… ».

Une compétition qui peut être déterminante pour le futur du groupe et la carrière des danseurs, même si ils n’en sont pas à leurs premier championnat nous racontent-ils. « L’une de nos plus grande victoire a été de remporter Unbreakable, en Belgique en 2012, qui nous a qualifié pour l’Euro Battle à Porto. Ça a été un grand moment pour nous et 2012 a vraiment été l’année de notre apogée que ce soit sur la scène française ou internationale ».

8 B-boys plein d’avenir
Si à court terme leur objectif est d’obtenir le titre mondial, ils ne pensent pas moins à l’avenir sur le long terme. Certains d’entre eux vivent cette passion à plein temps, d’autres ont un tout autre métier parallèlement, mais tous ont cette volonté de pérenniser ce qu’ils vivent aujourd’hui à travers le break dance. « L’avenir à long terme est encore une grande question, mais nous savons qu’assurer la relève sera une étape importante. Bien sure nous réfléchissons à d’autres projets, comme envisager de passer en statut de compagnie de danse, ou pourquoi pas créer notre propre évènement, tout est possible ! »

Nous leur souhaitons donc beaucoup de succès dans leurs projets.

Kiwi Mag, qu’est ce que ça vous évoque ?
Je pense à un kiwi l’oiseau, parce que l’oiseau c’est une pipellette et les oiseaux diffusent l’info !

Share on Facebook1Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Tumblr0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *