Le dernier des tapissiers

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Tumblr0

l-atelier-(3)

En vous promenant sur l’avenue Henri Barbusse, vous tomberez sur L’atelier, un commerce pas comme les autres. Il s’agit de la dernière tapisserie de Drancy, ouverte il y a 16 ans par Pascal Pheulpin. Dans ce petit magasin, qui vous rappellera sûrement les après-midis chez vos grands parents, se cache un artisan hors du commun. Donner une seconde vie à vos fauteuils, transformer votre intérieur avec des rideaux sur-mesure, tel est le défi de Pascal Pheulplin. Grâce à beaucoup de passion, cet artisan-tapissier maîtrise son art à la perfection, et vous ne pourrez qu’être heureux du résultat.

Un savoir-faire qui se perd.

Il est l’un des seuls artisans qui a su résister au pouvoir du temps sur l’avenue Henri Barbusse, l’artère commerçante de la ville de Drancy. Mais qu’est-ce qu’un tapissier ? Ce métier en voie de disparition, qui peut paraître obscur pour les plus jeunes drancéens : « Il s’agit de la restauration de toute la décoration intérieure d’un mobilier : sièges, fauteuils, canapés, la pose de tringles, rideaux, voilages, teintures murales… » explique Pascal Pheulplin. Originaire de Seine-Saint-Denis, c’est pourtant à des milliers de kilomètres qu’il a fait ses plus beaux chantiers. Il a beaucoup voyagé, notamment en Europe et dans les pays du Golfe, avant de décider de se poser.

« J’ai fait des tentures murales pour des princes saoudiens dans leurs palais, mais heureusement, je n’étais pas seul ! J’avais une équipe de tapissiers avec moi. » se souvient-il.« Aujourd’hui, cela coûte moins cher de racheter un fauteuil, que de le faire réparer.» regrette-t-il. Pascal Pheulplin a été obligé d’adapter son activité avec son époque, et les contraintes que cela pose. Il ne peut se permettre d’attendre, que les clients entrent dans sa boutique. « La population a changé, je ne suis plus l’intérêt premier de la nouvelle génération. Il peut m’arriver de partir sur Lyon faire un chantier avec des architectes et des décorateurs. » nous confie Pascal. Il a su exporté son expérience pour vivre de sa passion, et maintenant ses clients viennent de toute l’Île-de-France, et d’ailleurs, pour son travail de qualité. Passionné de musique, notre commerçant aime écouter AC/DC lorsqu’il doit se mettre un coup de boost. En dehors de son atelier, ce tapissierrockeur aime assister aux concerts programmés à La rivière exotique (située sur l’avenue Marceau). Il a d’ailleurs rencontré Elton John ! « Il est venu un jour acheter des produits dans un magasin où je travaillais. Vu que la boutique était fermée, je lui ai fait visiter. »

Le mot de la fin revient naturellement à notre artisan, avec un conseil pour tous ceux qui souhaitent ouvrir un commerce « ll faut s’accrocher, mais si on est passionné par son métier, on ne peut que réussir ce que l’on souhaite entreprendre ».

l atelier (2)

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Tumblr0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *