Interview de l’association : Agir Ensemble

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Tumblr0

Agir-Ensemble

Depuis sa création en 2009, l’association Agir Ensemble dirigée par Idriss Niang multiplie les événements et les initiatives pour les jeunes drancéens. Des actions récompensées par le prix du meilleur encadrement en 2010, par le Comité Régionale Olympique et Sportif d’Île-de-France (CROSIF). L’association compte aujourd’hui plus de 600 adhérents, encadrés par Idriss Niang et d’autres jeunes diplômés de la ville, membres de l’association quelques années plus tôt.

Une association hyperactive

Tout a commencé en 2010 avec la mise en place du BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur) à 24 euros, au lieu de 500 euros en moyenne dans les autres organismes. Aujourd’hui privée de l’aide de la DDCS, Agir Ensemble propose cette formation aux alentours de 224 euros. En 2011, c’est le permis de conduire qui a été mis en place, à seulement 150 euros (code + conduite). « En échange, ceux qui ont le code doivent faire de la sensibilisation sur les dangers de la route, dans les collèges et les écoles » explique Idriss Niang. Chaque année, un nouveau projet naît, et en 2012, c’est un projet humanitaire au Sénégal qui a été lancé. L’association a ensuite lancé une équipe de Futsal, affiliée à la Fédération Française de Football, qui est aujourd’hui le premier sport scolaire, devant le handball. Une équipe féminine verra le jour cette année. Enfin, les dernières initiatives qui ont vu le jour sont la création d’un groupe de danse, et le soutien scolaire depuis la rentrée 2014. Très impliquée dans la vie drancéenne, l’association s’est vite développée dans toute la Seine-Saint-Denis, et travaille aujourd’hui avec beaucoup d’autres organisations sur des projets communs.

Le soutien scolaire, une réussite

« C’est bien de donner des deuxièmes chances avec le BAFA, mais maintenant, on va donner une première chance avec l’aide scolaire » lance le président de l’association. Encadrés par des bénévoles, des élèves de 8 à 17 ans ont l’opportunité de bénéficier d’un cadre propice au travail, quatre fois par semaine avec deux présences obligatoires dans la semaine. Pour les motiver, Idriss Niang avait promis un voyage au ski aux élèves ayant obtenu plus de douze de moyenne générale. Pour financer ce séjour, une vente de calendriers et de pains au chocolat a été organisée, 1200 calendriers ont été vendus en cinq jours. Si le séjour au ski n’a finalement pas été réalisé, c’est parce que les jeunes en ont fait le choix. Entre partir au ski avec ceux qui avaient réussi le pari (douze de moyenne), ou partir tous ensemble à Amnéville pour un mini-séjour, le choix était simple pour eux : partir tous ensemble! «Ils ont tout donné cette année. Plus que les résultats, ils ont compris l’importance de l’école, et ils se sont investis dans ce projet. Il y a eu un élan de solidarité entre eux, mais aussi des Drancéens qui ont participé à ce projet. » se réjouit le fondateur d’Agir Ensemble. Un président et des jeunes ultra-motivés, en ce qui nous concerne, nous sommes séduits.

Quels conseils donnez-vous aux jeunes principalement aujourd’hui ?

I.N: Je leur dis qu’il n’y a pas de limites, qu’il faut avoir confiance en soi. Quand j’ai créé l’association, je ne pensais pas faire tout ça, mais j’y ai cru.

Votre plus grande réussite ?

I.N: Je dirais d’abord le BAFA, parce que c’est ce qu’on a mis en place en premier. Et grâce à cela, il y a beaucoup moins de conflits entre les quartiers, puisqu’ils ont appris à travailler ensemble. Mais ma plus belle réussite, c’est quand je leur ai montré les photos du mini-séjour, et qu’ils m’ont juste dit «merci !». Je me suis rendu compte que l’on servait à quelque chose.

Si vous deviez choisir une personnalité pour parrainer l’association, laquelle serait-ce ?

I.N: Kerry James, parce que j’écoutais tout le
temps son album Banlieusards, et la chanson Ensemble. Le nom de l’association vient de cette chanson. Le rappeur Mac Tyer s’est beaucoup investit, c’est quelqu’un de super, même si il peut paraître violent dans ses clips.

Qu’est ce qu’il manque à Drancy ?

I.N: La vie associative manque de structures et de moyens. On fait de belles choses, mais si on avait plus de structures comme une maison des associations, on ferait encore plus de choses. Un lieu où tous les appels à projets seraient rassemblés, où l’on pourrait mutualiser nos forces serait un vrai plus.

Si je vous dit « Kiwi Mag »?

I.N: La première chose qui m’est venue à l’esprit, c’est évidemment le fruit. Mais quand je me suis renseigné, j’ai trouvé l’idée du magazine très intéressante.

agiiir

Agir ensemble à Drancy !

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Tumblr0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *