Booder, Paul et Wahid nous offrent « La Grande Évasion »

Share on Facebook55Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Tumblr0

lge

Le trio comique qu’on ne présente plus et qui cartonne nous a reçu dans la salle de l’Apollo Théatre où il joue à guichet fermé depuis bientôt un an ! L’interview s’est rapidement transformé en un véritable moment de rigolade à l’image de la pièce « La Grande Évasion » qu’ils ont co-écrits.

Comment tout a commencé ?

Wahid : Pour ma première scène j’a fait la première partie de Booder. En sortant je lui ai demandé ce qu’il en avait pensé et il m’a répondu « franchement c’était nul, continu » (rire) c’est ce que j’ai fait, puis j’ai intégré la troupe du Jamel Comedy Club et c’est d’ailleurs là que j’ai rencontré Paul.

Booder : J’ai écris ma première pièce en 2003 que j’ai joué jusqu’en 2007 grâce à Mouss Diouf (paix à son âme) qui avait cru en moi et co-produit mon spectacle. J’ai ensuite fait du cinéma dans plusieurs film dont Neuilly sa mère, Beurre sur la ville, Halal police d’état etc… Puis dernièrement du théâtre avec Edouard Bear.

Paul : J’ai commencé au Jamel Comedy Club saison 2, puis j’ai écris et joué ma 2ème pièce « Putain j’ai déjà 30 ans ». L’aventure de « La Grande Evasion » à commencé lors d’une discussion dans le train où nos différences ont été sujets de vannes. De là nous est venue l’idée de travailler ensemble. On pensait à un sketch mais Booder a proposé l’idée de la pièce de théâtre. Nous avons commencé à écrire et on s’est testé sur des dates en banlieue parce que c’est un public très averti. Mis à part Booder, pour Wahid et moi le théâtre c’est une nouvelle expérience et un super challenge. Nous travaillons beaucoup et apprenons tous les jours.

Cette nouvelle expérience vous a-t-elle donné envie de continuer à travailler ensemble ?

P : Oui, je pense pouvoir répondre au nom de mes pairs en disant qu’entre nous tout se passe bien, on est content de jouer ensemble ce qui n’est pourtant pas évident quand on se voit tous les jours ! Il y a une alchimie et on essaye de préserver ça un peu comme dans un couple. (rire) On s’entend vraiment, bien qu’on soit très différents même au delà du physique. On a eu envie de s’évader du monde du stand up pour tenter une aventure à plusieurs.

Seriez vous prêt à accepter des projets décalés ?

W : Ça dépend combien ! (rire)

B : Je ne veux pas accepter n’importe quoi. Dernièrement on m’a proposé un rôle où je devais incarner un méchant sans dents qui courts après des gosses… Non il ne faut pas abuser !

P : On ne va pas faire n’importe quoi : on ne va pas sortir un album ou je ne sais quoi ! On est des comédiens et c’est ce qu’on aime faire. Qu’est ce que vous vouliez faire étant enfant ?

Avez vous toujours voulu être comédien ?

P : Oui toujours ! Mon père est musicien et j’ai toujours voulu faire de la scène ! Je n’attendais qu’une chose, c’était d’avoir cette opportunité ! Et à la première occasion j’ai sauté.

B : Je voulais être grand ! (rire) Je voulais être footballeur, la réalité m’a vite rattrapé ! J’ai fait des études pour devenir comptable. Puis j’ai atterri au théâtre ! Aujoud’hui la scène c’est ma passion j’y suis comme un poisson dans l’eau.

W : Footballeur aussi ! Mon prof de techno au collège nous avait fait remplir une fiche où il demandait ce qu’on voulait faire plus tard. Quand il a vu footballeur il m’a répondu : « tu as plus de chance de finir docteur ou avocat ! » (rire) Ce jour là que j’ai été confronté à la dure réalité et me suis dirigé vers la comédie. Mais en vérité je monte sur scène depuis tout petit. Ma famille a toujours été très investie dans le domaine associatif et ils organisaient beaucoup d’évènements lors desquels je faisais le show. Je dansais, chantais, faisais le guignol et ils m’ont vraiment transmis ce goût pour le spectacle.

Quel est votre projet pour 2016 ?

W : Trouver ma femme (rire)

B : La particularité du théâtre c’est qu’une pièce qui fonctionne peut durer plusieurs années. L’intérêt c’est que grâce à ça on peut montrer à la profession qu’on est de vrais comédiens et pas seulement des comiques, que nous pouvons apprendre un texte, jouer différents personnages et qu’on peut nous confier des rôles.

P : Le top serait de pouvoir adapter la pièce au cinéma et on est en train de travailler dessus.

Quel est le rôle de chacun dans votre trio ?

W : Je fais le ménage dans les loges ! (rire) Booder joue le rôle du grand frère, il arrive toujours le 1er pour tout mettre en place. Paul structure et recadre…

B : Et Wahid arrive après la pièce ! (rire)

P : Nous avons vraiment tout fait à 3. C’est un vrai travail d’équipe et c’est grâce à notre complémentarité que notre collaboration fonctionne et je pense que le public le ressent également !

Comment ont réagi vos proches en vous voyant sur scène ?

B : Ils ne me parlent plus ! (rire) Ils sont très contents de nous voir dans ce nouveau registre et ils nous découvrent autrement.

P : On a tous été soutenus et félicités.

W : Non, la première fois qu’ils ont vu la pièce ils m’ont dit « arrête », viens on va vendre des sandwichs ! (rires)

Un conseil pour les lecteurs qui rêvent de vous emboiter le pas ?

B : Ne faites jamais ce métier ! (rire) On me dit souvent, « ce que je veux c’est réussir » mais c’est quoi réussir ? Parce que si c’est pour la notoriété il y des façons plus faciles pour être connu. Etre artiste c’est vraiment beaucoup de travail car seul le travail paye c’est important de le dire !

P : Le faire pour de bonnes raisons. Si tu n’as pas de vrai projet artistique et que c’est juste pour être connu tu n’iras pas bien loin !

W : Ne le faites pas pour les filles, c’est mort ! (rire)

Vous avez encore le trac ?

B : Non jamais ! En revanche ma grande peur en montant sur scène c’est la salle vide ! Pour l’avoir déjà vécu c’est vraiment angoissant ! Il faut savoir qu’on est comme les grands sportifs, on est porté par l’adrénaline à tel point que le soir après un show et malgré la fatigue on n’arrive pas à trouver le sommeil.

W : Oui mais c’est une pression utile qui permet de se concentrer et de bien faire les choses.

P : Oui mais c’est plus de l’excitation d’être face au public qui attend de nous qu’on le fasse rire.

Quelle est votre vanne préférée ?

B : Chéri je te quitte ! (rire) « Je ne savais pas qu’Astérix et Mimie Mathy avait eu un enfant ! » extrait de la pièce.

W : Chéri je suis enceinte mais il n’est pas de toi ! (rire)

P : « On va jouer à guichet fermé » extrait de la pièce.

A vous revient le mot de la fin…

Nous remercions beaucoup Kiwi mag de s’intéresser ainsi à nous. Nous travaillons dans une belle ambiance familiale et on a la chance d’avoir notre producteur Abdel Douiheb avec lequel on s’entend vraiment bien. Ce n’est pas donné à tous les artistes. On est très heureux de vivre cette aventure ensemble et le retour du public comme de la profession est vraiment encourageant, alors pourvu que ça dure !

Share on Facebook55Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Tumblr0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *